PORTRAIT : Roman Domon, plus vite, plus haut, plus fort 

À l’heure où le basket français est mis sur le devant de la scène grâce au talent incontestable du jeune Victor Wembanyama, un autre prodige émerge et nourrit des rêves de gloire en NBA. Roman Domon, un jeune Amiénois bien connu des amateurs de basket-ball dans la région, poursuit son rêve de rejoindre les rangs prestigieux de la ligue américaine.

Roman Domon, Amiénois formé dans le club de la capitale picarde jusqu’à ses 13 ans et fils de l’ancien international français Frédéric Domon, s’amuse sur les plus prestigieux parquets de basket français. Dès le plus jeune âge de Roman, son père Frédéric a joué les doubles rôles, celui de père et de coach. Un enseignement à la double facette qui a forgé l’actuel ailier de 18 ans. « J’en suis content parce qu’il connaît bien le basket et c’est un coach qui est dur, ça veut dire que je ne me suis jamais relâché même en étant jeune, témoigne Roman Domon. Des fois j’avais des périodes de relâchement et c’était lui qui était là pour me botter les fesses. Je suis content qu’il ait été là dès mon plus jeune âge pour avoir les valeurs qu’il m’a transmises. Ça fait du bien parce que dès qu’on est lâché dans la cour des grands, il faut du caractère, il faut aussi avoir la tête sur les épaules et c’est ce qu’il m’a éduqué. »

Une carrière vite lancée

Après un rapide passage à Saint-Quentin où le potentiel amiénois inscrit plus de 20 points par match en U15 Elite, ce dernier prend part au championnat de France espoir et signe enfin son premier contrat professionnel avec Gravelines en 2023. Une saison importante pour le joueur de 18 ans, « j’ai appris des choses. Il y a forcément eu des hauts et des bas, même si je pense qu’il y a eu plus de hauts que de bas. En pro, la saison a été compliquée à cause de l’incendie de notre salle, mais après le changement de coach, les choses se sont améliorées. En espoir on a fini troisième, on a fait une grosse saison, on est contents. »

Un attachement inébranlable à sa ville et à son club

C’est à l’occasion de l’eurobasket organisé par l’Amiens Sporting Club Basket Ball, là où évoluait le basketteur plus jeune, que nous l’avons rencontré. Le joueur de Betclic Elite, était présent à la table de marque lors des rencontres de la Hotoie. Une attache à la ville et à ce club important : « Dès qu’il y a un évènement et que je suis dispo, je me sens obligé de venir. Si je peux aider le club, d’une quelconque manière, sachant qu’ils m’ont formé… C’est mon club de cœur donc si je peux faire quelque chose pour les aider, je le ferais. »

Le rêve d’une vie

A 18 ans, l’homme est déjà grand du haut de ses 2m07 mais ses rêves le sont encore plus. Si celui-ci considère sa saison passée comme une saison d’apprentissage, la saison de la confirmation est à l’année prochaine. Pas le choix, pour celui qui tient à attirer le regard des clubs de NBA à l’aube de la draft 2025, « maintenant je veux jouer, je veux dominer. » Roman peut s’inspirer d’un autre picard passé par Amiens pour poursuivre sa formation au Pôle Espoir de la capitale picarde, celui de Rudy Gobert. Le Saint-Quentinois désormais nommé à quatre reprises meilleur défenseur de la NBA a su gravir les échelons pour se hisser au plus haut niveau.

Et quand nous le questionnons sur tous les clips publiés réunissant ses exploits, Roman se veut modeste et prudent : « Même si je me fixe de très hauts objectifs, il ne faut pas oublier d’où je viens. Ce n’est pas difficile à gérer cette médiatisation parce que j’ai été éduqué dans l’intention de devenir le meilleur, par contre j’ai le droit de vouloir être meilleur que tout le monde. Je sais ce que je vaux.« 

Kevin Devigne

Crédit photo : Kevin Devigne – Gazettesports.fr

1 Comment

  • Quaillet Zacchary
    1 mois ago Reply

    Super article sur un super joueur ! 👏👏👏

Leave a Comment

Your email address will not be published.

Start typing and press Enter to search